Veille sanitaire



   Programme d'épidémiosurveillance de la rage en France

En France, il existe un programme d’épidémiosurveillance de la rage mis en place par le Laboratoire de la rage et de la faune sauvage de l’ANSES-Nancy en collaboration avec les chiroptérologues de la SFEPM. Organisée en réseau, cette surveillance consiste en une collecte de tout cadavre de chauves-souris réalisée principalement par les chiroptérologues de la SFEPM et de leur envoi au Laboratoire de l’ANSES-Nancy qui assure les analyses pour le diagnostic de rage. Cette surveillance dite passive ou opportuniste a débuté en 1989 quand les deux premiers cas de chauves-souris enragées ont été découverts.

 

A partir de 2004, l'épidémiosurveillance s’est enrichie d’un volet actif. Elle consiste à faire des microprélèvements de sang et de salive chez des chauves-souris vivantes capturées au filet puis relâchées lors de campagnes d’inventaires faunistiques réalisées par des chiroptérologues autorisés et valablement vaccinés contre la rage.

--> Plus d’informations sur les chauves-souris et les virus

 

Que dois-je faire si je trouve une chauve-souris morte ?

Si vous trouvez une chauve-souris malade ou morte, contactez les chiroptérologues de la SFEPM ou l’ANSES-Nancy. Elle sera alors prise en charge et acheminée jusqu’à l’ANSES-Nancy pour un diagnostic de rage.

 

Que dois-je faire si je suis mordu par une chauve-souris ?

  • Soignez rapidement la plaie en nettoyant abondamment et pendant au moins 15 min à l'eau et au savon de Marseille, rincez abondamment puis appliquez un désinfectant.
  • Consultez rapidement votre médecin traitant ou rendez-vous au centre antirabique le plus proche (en général dans un centre hospitalier).
  • A l’aide de gants, placez l’animal délicatement dans une boîte en carton bien fermée, type boîte à chaussures, contenant un torchon (de manière à ce qu’elle puisse s’y agripper) et une coupelle d’eau pour qu’elle puisse boire, si besoin est. Mettez la boîte dans un endroit calme et frais, à l’abri d’un éventuel danger, tel qu’un chat. Puis appelez un spécialiste près de chez vous afin qu’il la récupère et la transmette à l'Institut Pasteur (Paris), Centre National de Référence pour la Rage par l'intermédiaire des Services vétérinaires départementaux.




   Le réseau de Surveillance de Mortalité Anormale des Chiroptères (SMAC)

En France, lorsqu’une mortalité est jugée « anormale » dans un site hébergeant une population de Chiroptères, une procédure d'intervention est déclenchée dans le but de collecter rapidement les cadavres et de les envoyer vers différents laboratoires spécialisés pour en déterminer la cause.

Ce réseau de surveillance mis en place par l'ONCFS en collaboration avec la SFEPM mobilise des membres de ces deux structures et s’appuie sur un ensemble de laboratoires : laboratoires départementaux d’analyses vétérinaires (LDAV), laboratoires de l'ANSES, laboratoires spécialisés dans les analyses en toxicologie, virologie, bactériologie, parasitologie, mycologie, histologie, etc.

 

Contact : Gérald Larcher (Gérald effectue ce travail de réponse bénévolement, donc svp soyez patient)