Accéder à :

- L'Ecureuil roux
- Le Loup
- Le Desman des Pyrénées
- Le Vison d'Europe
- Les micromammifères

- Le Putois d'Europe

- Le Hérisson d'Europe

    Le Hérisson d'Europe

Depuis plusieurs mois une pétition www.sauvonslesherissons.fr circule, avec comme philosophie « Sauver le hérisson, sauve le monde ». Elle a déjà recueilli près d’une centaine de milliers de signatures et a eu le mérite de faire réagir les médias, plusieurs articles sur « le hérisson menacé de disparaître en 20215 ! » étant sortis dans la presse régionale, les médias audiovisuels et surtout la presse nationale (Le Monde, Libération). Son instigateur a été reçu par le cabinet de Ségolène Royal, par la fondation Nicolas Hulot et par les services du Ministère de l’environnement.

La SFEPM a été contactée pour relayer et signer cette pétition. Suite à l’examen de cette pétition, le Conseil d’Administration a décidé de ne pas la signer, mais de laisser tout un chacun, adhérent ou sympathisant, libre de la signer, après l’avoir lue, ce que nous vous incitons à faire.

Si l’objet de cette pétition est plus que louable (s’intéresser à une espèce commune symbole de la dégradation de l’environnement campagnard et naturel, comme le sont les espèces d’oiseaux communes ou les chauves-souris communes qui ont diminué de plus de 40 % en 20 ans), les « arguments » scientifiques avancés et le but final visé ne correspondent en aucune manière à la « philosophie » de la SFEPM.

Cette pétition volontairement alarmiste comporte un grand nombre d’erreurs biologiques et d’interprétations pseudo-scientifiques. Quand on dit que le hérisson va disparaître en 2025, c’est absolument faux et impossible ! Dire qu’il reste moins de 1 million de hérissons en France est faux ! Quand on dit que les hérissons régulent les populations d’insectes ravageurs … la situation est plus complexe que cela, tant du point de vue des insectes que du régime alimentaire du hérisson. Dire que les hérissons sont massacrés par les engins agricoles … depuis quand un hérisson a été tué lors d’un labour, d’un semis ou autre, depuis quand sont-ils au milieu des cultures ?

Le but visé par cette pétition est en fait de pouvoir obtenir un statut spécial pour le hérisson (statut « d’utilité publique ou prioritaire », alors que déjà la loi française se caractérise par la multiplication des statuts et qu’il existe des plans nationaux d’action pour les espèces prioritaires). Et cela, pour permettre à tout un chacun, avec un peu de formation, de pouvoir en héberger et les soigner. Ce qui est illégal, ce qui n’apportera rien (on ne sauvera pas le hérisson en soignant même 20 000 hérissons par an), ce qui détourne l’attention des vrais problèmes rencontrés par cette espèce : l’absence de passages routiers aménagés, la disparition des haies, la disparition des prairies, l’usage de pesticides et anti-limaces (dans les jardins notamment), …

La SFEPM demande à ce qu’un véritable recensement des points noirs de mortalité routière des hérissons soit fait, que soit mis en place un réseau de surveillance de l’évolution de cette espèce, que les bandes de jachères le long des champs (prévues par la loi) soient mises réellement en place, qu’un réseau de véritables haies –et non d’alignement d’arbres- soit restauré, qu’une véritable campagne de surveillance des produits phytosanitaires, y compris dans les jardins, soit instaurée … cela sera bien plus efficace pour le hérisson … même si le problème des centres de soins et de leurs capacités est un vrai problème, pour le hérisson mais aussi et surtout pour plein d’autres espèces plus en danger que le hérisson.