La Conservation de la Loutre

Actes “Limoges 2004”


Avec 13 espèces réparties sur la plupart des zones humides de la planète, Groenland, Australie, Nouvelle-Zélande et Madagascar exceptés, les loutres représentent un bon exemple d'adaptabilité ches les Carnivores au sein de la famille des Mustélidés.

Si toutes ces espèces sont partfaitement amphibies et inféodées à l'eau pour la recherche de leur nourriture, le poids, la taille et la biologie varient considérablement d'une espèce à l'autre. Il reste encore beaucoup à découvrir sur la plupart d'entre elles [...].

Toutes ces espèces sont menacées à des degrès divers. La chasse pour leur fourrure exceptionnelle a été la principale menace pendant longtemps. La destruction du biotope et la pollution ont pris le relais. En effet, les rivières ou les lacs qui représentent l'habitat préférentiel des Loutres, sont aussi des zones convoitées par l'Homme dans le monde entier.
Ainsi, dans les années 1980, l'effectif total des Loutres Européennes en France Métropolitaine est estimé à 1000 ou 1500 individus. A l'époque, de nombreux scientifiques annoncent son extinction à plus ou moins long terme. La situation n'est guère plus brillante dasn les pays voisins. Seules certaines régions sauvages d'Ecosse, du Portugal, d'Espagne ou de Scandinavie possèdent encore des populations saines.
En France, Marie-Charlotte Saint Girons, Christian Bouchardy, René Rosoux et Roland Libois mènent dès la fin des années 1980 des recherches sur la Loutre, présentées au colloque de Niort en 1993.
12 ans et 10 colloques plus tard, la Loutre Européenne a recolonisé certains de ses territoires perdus, faisant preuve d'étonnantes capacités d'adaptation. Si l'arrêt de la chasse a largement contribué à ce retour, d'autres paramètres plus complexes et non encore élucidés ont dû intervenir.
Le XXVIIème colloque de la SFEPM fait le point sur la situation de la Loutre en France Métropolitaine, en Guyane, et dans quelques pays d'Afrique. Ce volume contient non seulement les communications du colloque mais également deux contributions originales par leur approche de la Loutre [...].
Nous espérons que ce colloque et la lecture de ces actes susciteront de nouvelles vocations parmi les naturalistes afin de suivre de près les mouvements de recolonisation de l'espèce en Europe occidentale, ou sur d'autres continents.

Hélène JACQUES, Frédéric LEBLANC, François MOUTOU.